En attendant de pouvoir y retourner…

Quand j’ai un petit coup de blues ou un manque de motivation, je regarde ces photos et je me dit voilà pourquoi je fais cette thèse…. Ça ne ressemble peut être à rien pour vous mais pour la géomorphologue que je suis c’est un vrai plaisir de pouvoir observer ces mouvements de versant sur le terrain… mais, en même temps, un peu contradictoire lorsque l’on sait qu’une partie de mon travail de recherche est de les prévoir avant qu’ils n’apparaissent ou de les contrôler vis-à-vis des populations environnantes…

Glissement du versant qui entraine progressivement la maison et ses alentours… Le mur est déjà parti et la maison ne va pas tarder à se déchausser (trou sous la maison). Remarquez également le basculement du poteau électrique…

Publicités

Accroissement du taux d’erreur d’un MNT

Plus la digitalisation de mon terrain avance, plus je constate des  erreurs sur les cartes topographiques de 2005, réalisées et éditées par l’Agence Nationale de la Conservation Foncière du Cadastre et de la Cartographie (ANCFCC) .

Ces erreurs peuvent passer inaperçues pour un utilisateur, tel le randonneur, qui utilise la carte comme un simple outil d’orientation ; par contre cela peu devenir très gênant pour l’utilisateur qui, comme cela est mon cas, utilise ces cartes dans le but de construire un Modèle Numérique de Terrain. Les courbes de niveau étant les données essentielles et primordiales, les deux exemples que je vous présente ci-dessous peuvent participer à la mise en doute quant au degré d’exactitude de mon futur MNT.

les courbes de niveau se chevauchent…

la courbe 150m disparait sur environ 2km…